Karaté et petits « satoris » de Jacques Tapol [livre]

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous présenter un livre de karaté pas comme les autres. Karaté et petits « satoris » de sensei Jacques Tapol.

Jacques Tapol KaratéJacques Tapol a été champion du monde mi-lourd de Karaté combat en 1986 à Sydney. A cette époque, je n’avais que 11 ans et le rêve d’intégrer l’équipe de France combat n’était qu’une graine à peine semée. Mais je me rappelle très bien des rares vidéos VHS que je passais en boucle. Surtout les combats de Jacques Tapol et Thierry Masci (la première fois que 2 français gagnent les mondiaux dans 2 catégories différentes).

Karaté et petits « satoris »

Ce livre n’est absolument pas un recueil technique mais plus un recueil de pensées personnelles à travers toutes ses années de pratique, de recherches, de doutes, de succès et d’échec. Un néophyte du karaté prendra un grand plaisir à le lire.

Dans la première partie de ce livre, intitulé simplement LIVRE I KARATE, sensei Jacques Tapol aborde les principes fondamentaux du karaté à travers le concept japonais Ki Ken Tai no Ichi (notion fondamentale du Kendo qui veut littéralement dire L’esprit, le sabre et le corps ne font qu’un).

Extrait choisi

Livre I – Ki, l’esprit

« J’aime l’idée de la tenue blanche et de la ceinture blanche.
Lorsqu’un pratiquant démarre, il redevient un débutant et ce, quels que soient son métier et sa position sociale.
Il réapprend à écouter en silence, sans faire de commentaires. C’est son premier travail et celui-ci est symbolisé par sa tenue : un karategi blanc.
Sur le karategi, on indique souvent le nom de son dojo, autrement on essaie de garder sa tenue la plus simple possible, en évitant les signes trop ostentatoires.
C’est aussi un symbole d’égalité car tous les participants portent le même karategi blanc et doivent faire preuve d’humilité.
La ceinture est aussi blanche quand on débute. Cette ceinture signifie que l’on doit avoir un esprit neuf et disponible. »

Dans la seconde partie nommée LIVRE II petits « satoris », sensei Jacques Tapol nous transporte sur son parcours tumultueux pour conquérir le titre suprême de champion du monde de Karaté. Mettant bien plus en avant ses doutes et échecs que ces réussites.

Extrait choisi (2 ans avant d’être sacré champion du monde)

Livre II – Surmonter les obstacles

« 1984 : vaincre l’asthme.
J’ai dû affronter mes tourments mais j’ai aussi dû affronter la maladie.
Après les championnats du monde à Taïwan, je commence à souffrir d’asthme, jusqu’à ne plus pouvoir bouger. Des nuits entières, je reste à haleter et à chercher un brin de souffle. Le matin, je suis épuisé.
Je me souviens des douleurs au crâne et à la poitrine et de ce sifflement permanent qui m’empêche de respirer.
Je n’arrive plus à m’entraîner ni même à courir.
Pendant les entraînements de l’équipe de France, je n’avance pas et je prends des coups, surtout avec la bande de nouveaux qui ont les crocs.
Pendant les championnats, je suis à l’agonie et j’essaie de conclure mes combats le plus rapidement possible, mais c’est difficile quand on n’a pas tous ses moyens.
Les entraîneurs ne me posent pas de questions et comme je ne veux pas me plaindre, je me terre dans mon silence et vis seul cette mauvaise passe.
Les championnats d’Europe sont une catastrophe.
Je reçois un coup de fil des entraîneurs, qui m’enlèvent de l’équipe de France ; ils disent que c’est fini pour moi ! Ils ont raison et je les comprends, car je n’ai plus le niveau. »

Karate et petits satorisCe qui ressort de ce livre est l’humilité d’un pratiquant obstiné, cherchant à tout prix à lier le corps, la technique et l’esprit dans la singularité. (Singularité ? Lire le livre pour comprendre :-))

J’ai passé un merveilleux moment à dévorer ces 190 pages et m’obligeant à me poser des questions sur ma pratique et mes recherches. Je pense me replonger dans ce livre quand quelques années.

J’espère qu’un jour, j’aurai le plaisir de faire dédicacer mon exemplaire.

Je vous conseille ce livre même si vous n’êtes pas un karatéka.

Et vous devez le lire si vous pratiquez le karaté.

[mks_button size= »large » title= »Commande ton exemplaire » style= »rounded » url= »http://www.amazon.fr/gp/product/2312042231/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=2312042231&linkCode=as2&tag=entermar-21″ target= »_self » bg_color= »#469bd1″ txt_color= »#FFFFFF » icon= » » icon_type= » »]

Titre : Karaté et les petits « satoris »
Auteur : Jacques Tapol
ISBN : 978-2-32-04223-7
Tarif : 13 euros format poche – 9,10 euros en format PDF
Disponible sur Amazon et sur le site de l’éditeur : Editions du Net

Retrouvez Jacques Tapol dans son dojo à Paris –  www.kikentai.eu

Découvre les autres livres que je te recommande.

Retrouve mes programmes d’entraînement KARATE à télécharger en format HD MP4

D'autres articles / vidéos

7 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoins ma newsletter 100% arts martiaux !

Vérification humaine *

Salut les budokas

lionel froidure karate

Je suis Lionel Froidure, budoka, karatéka, arnisador, réalisateur de nombreux DVD d’arts martiaux, présentateur des documentaires En Terre Martiale et j’adore partager mes découvertes pour vous aider à progresser. Au-delà de la transmission, mon but est d’inspirer les pratiquants à s’entraîner et de vivre leurs rêves comme moi.

Articles récents

Stages avec Lionel

Tu veux progresser ?

REJOINS mon club vidéo privé

Ce site utilises des cookies pour s'assurer de vous proposer la meilleure expérience de mon site.