Karate Do Kyohan : mon avis [livre]

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Il y a beaucoup d’ouvrages de qualité pour tous les amoureux de Karaté Shotokan. Karaté-Do Kyohan est à mon avis un indispensable. Donc, oui, c’est un livre qui vaut son pesant d’or.

Karaté-Do Kyohan par Gichin Funakoshi

karate do kyohan

Ce livre a été écrit par le fondateur du Karaté Shotokan : Gichin Funakoshi 船越 義珍 (1868-1957). Si vous ne connaissez pas sa vie, je conseille vivement son autobiographie Karaté-Do, ma voie, ma vie.

Karaté-Do Kyohan est un livre édité en France par Budo Éditions. Ce livre est une copie améliorée de l’édition originale imprimée le 20 mai de la 10e année de l’ère Showa (1936).

Ce livre est, avec son autobiographie, la pièce maîtresse des œuvres qu’il a pu produire. Un véritable legs à tous les pratiquants de la main vide, à tous les passionnés d’arts martiaux, à toute l’humanité.

Un livre de 192 pages au format 28,7 x 22 cm avec reliure toile et jaquette de protection, illustré de très nombreuses photos du sensei en action.

Les Chapitres du Kyohan

À travers la première partie de son livre, sensei Funakoshi commence par le commencement : l’histoire du karaté.

Il passe en revue, rapidement, les fondamentaux du karaté.

Puis une section que j’apprécie beaucoup, les katas de base (Heian, Tekki, Bassai, Kanku, Hangetsu, Jitte, Enpi, Gankaku et Jion), qui contient de nombreuses consignes de pratique.

Gichin Funakoshi Ni-dan Henka Karate

Une très grosse partie du livre (36 %) est consacrée aux Kumi-te conventionnels. Il commence ce chapitre en mettant bien en avant que le Kumi-te n’est en rien dissocié des katas et que, au contraire, chaque kata s’incarne dans le Kumi-te. Il insiste en disant « qu’il n’est pas acceptable de sacrifier l’un au bénéfice de l’autre ». Il y démontre des variantes de travail de Kihon Ippon Kumi-te sur des attaques Jodan, Chudan et Gedan. Puis il aborde le travail des variantes avec le Ni-dan Henka. Il partage aussi des techniques sur le I-ai : Kumi-te où les deux protagonistes se font face en position agenouillée. Il finit la partie des Kumi-te avec neuf techniques de projection : Nage Waza. Il insiste sur la nécessité d’adapter la technique de projection à l’adversaire. Oui, il y a des projections dans le karaté.

Dans l’avant-dernière partie, il parle et démontre des techniques adaptées à la self-défense féminine. De cette section, je retiens surtout ce proverbe qui touchera tous les adeptes de self-défense :

« À connaissances approximatives, graves blessures. »

La dernière partie est intéressante et pourra paraître surprenante pour certains : les points vitaux. Oui, sensei Funakoshi parle de Kyusho dans son livre. Le Kyusho est déjà dans le karaté. Il y présente six zones comprenant de nombreux points vitaux communément admis et usités. Il commence l’introduction de ce chapitre avec ce paragraphe :

« Tout pratiquant de karaté se doit de connaître les points vitaux. À titre d’exemple, si vous voulez attaquer votre agresseur au visage, le même coup, selon qu’il est porté ou non sur un point vital, aura des conséquences radicalement différentes. Le point dit “vital” est un point sur lequel “l’impact d’une attaque est d’une efficacité comparativement accrue.” »

En annexe, on trouvera comment fabriquer son makiwara fixe et suspendu.

livre karate kyohan funakoshi

Mon avis sur Karate Do Kyohan

Ce livre de Karaté-Do Shotokan est l’un de mes préférés. Pour ne pas écrire : mon préféré.

J’aime beaucoup relire ses différents conseils, qui sont toujours d’actualité. Ce livre m’inspire dans ma pratique et dans mes réflexions concernant le lien plus ou moins étroit entre la pratique d’hier et celle d’aujourd’hui.

C’est une mine d’informations qui me permet, en tant qu’enseignant, de piocher dedans pour donner de l’épaisseur à mon enseignement.

Depuis 1935, le karaté a beaucoup évolué, et c’est une bonne chose, car un art qui n’évolue pas est destiné à mourir. Mais il est à mon avis encore plus important de se souvenir de notre histoire et de se servir du legs que les anciens sensei nous ont laissé. Ce livre sera un fidèle compagnon pour tous les karatékas désirant rester sur le chemin de la voie telle que le fondateur la voyait.

Vous ne l’avez pas encore ? Faites-moi confiance, commandez-le maintenant et vous ne serez pas déçu. Disponible sur Amazon et dans toutes les bonnes librairies martiales.

[mks_button size= »large » title= »Commande ton exemplaire » style= »squared » url= »http://www.amazon.fr/gp/product/2846171130/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=2846171130&linkCode=as2&tag=entermar-21″ target= »_blank » bg_color= »#469bd1″ txt_color= »#FFFFFF » icon= » » icon_type= » »]

Et si, après l’avoir lu, vous ne l’aimez pas, servez-vous-en comme makiwara portatif 😉 Et, peut-être, à force de taper dedans, les conseils du maître frapperont à votre porte.

Un classique indispensable !

Découvre les autres livres que je te recommande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoins ma newsletter 100% arts martiaux !

Vérification humaine *

Salut les budokas

lionel froidure karate

Je suis Lionel Froidure, budoka, karatéka, arnisador, réalisateur de nombreux DVD d’arts martiaux, présentateur des documentaires En Terre Martiale et j’adore partager mes découvertes pour vous aider à progresser. Au-delà de la transmission, mon but est d’inspirer les pratiquants à s’entraîner et de vivre leurs rêves comme moi.

Articles récents

Stages avec Lionel

Ce site utilises des cookies pour s'assurer de vous proposer la meilleure expérience de mon site.