Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Besoin de réviser et parfaire ton karaté ? De trouver de nouveaux éducatifs pour tes élèves ?
Rejoins LE CLUB VIDEO DE KARATE !!!

Karaté sans Kumite ?

Facebook
WhatsApp
Email
Pinterest

Peut-on faire du karaté sans combat ? Est-ce une erreur ? Un sujet qui suscite des opinions divergentes dans le monde du karaté. Dans cette vidéo, j’explorerai les principales idées exprimées à propos de cette approche et tenterai de trouver un équilibre entre les différentes perspectives, tout en donnant mon avis personnel, qui reste bien sûr subjectif et n’engage que moi.

GRATUIT ! Télécharge mon livre sur les Notions Indispensables !

J’aborde aujourd’hui un sujet qui suscite des opinions divergentes dans le monde du karaté : la pratique axée exclusivement sur le travail technique en solitaire, sans kumite ou bunkai. 

Dans cette vidéo, j’explorerai les principales idées exprimées à propos de cette approche et tenterai de trouver un équilibre entre les différentes perspectives, tout en donnant mon avis personnel, qui reste bien sûr subjectif et n’engage que moi.

Certains pratiquants de karaté considèrent que le travail en solitaire présente des avantages uniques, notamment la possibilité de continuer à s’entraîner même dans des circonstances particulières telles que les blessures, la grossesse ou les restrictions sanitaires. C’est une opportunité de se concentrer sur les aspects techniques et intrinsèques de la pratique.

Le travail en solitaire peut servir de préparation pour le travail en binôme, en mettant l’accent par exemple sur l’amélioration de notre condition physique, de notre explosivité, de notre coordination, de notre respiration et de l’approfondissement de nos sensations. Nous nous entraînons en nous tournant vers nous-mêmes, en étant intrinsèquement focalisés sur notre propre personne. Nous développons ainsi notre intériorité, nos automatismes, nous améliorons notre vitesse, notre détermination, notre stabilité et notre respiration. Le travail en solitaire vient compléter celui réalisé avec un partenaire.

Cependant, il convient de faire attention, car s’entraîner dans le vide peut entraîner une détérioration précoce des articulations si l’on frappe continuellement dans le vide sans accorder une attention particulière. Les sacs et les makiwaras sont d’excellents outils pour éviter ce type de problème tout en gardant à l’esprit l’objectif d’efficacité dans nos mouvements.

Travailler en solitaire ne signifie pas être seul chez soi. À la maison, nous perdons les valeurs essentielles du dojo, telles que le partage, l’entraide, le respect, l’amitié et bien d’autres. Les entraînements solitaires à domicile ne constituent qu’un complément d’entraînement et ne doivent en aucun cas remplacer la pratique au dojo.

Il est tout à fait possible de s’entraîner seul chez soi, et c’est d’ailleurs ce que je fais chaque semaine. Avec suffisamment d’expérience, j’ai acquis la perspective nécessaire pour identifier les aspects sur lesquels je dois travailler et mettre en place des exercices appropriés afin de progresser tant sur le plan technique que physique.

Cependant, à mon avis, une pratique solitaire sans jamais s’engager dans du kumité représente une déviation de l’objectif principal. Je trouve difficile de concevoir la pratique des arts martiaux sans jamais avoir expérimenté le combat. Cet avis personnel doit être influencé par mon parcours de combattant.

Je pense que se limiter au travail en solitaire peut donner une impression de pratique incomplète. C’est un peu comme apprendre une langue sans jamais l’utiliser, ou apprendre la théorie musicale sans jouer d’un instrument. La pratique du karaté sans kumite me semble moins utile, car elle s’éloigne de son objectif premier, qui est la défense personnelle.

Inversement, une pratique axée uniquement sur l’affrontement et le combat ne permettra pas le développement interne de l’individu.

Pour ma part, la pratique du karaté se fait avec au moins quatre mains : les deux miennes et celles de mon partenaire. Même lors de mes entraînements solitaires, j’ai toujours en tête la présence de mon partenaire, je ne suis jamais vraiment seul (non, je n’ai pas de petite voix qui me parle). Même dans les pratiques internes, il y a un travail à deux, car c’est l’essence même des arts martiaux.

Le travail en solitaire vient compléter le travail avec un partenaire, et les deux sont indispensables pour progresser dans le karaté. Tout au long de notre cheminement, nos objectifs individuels évolueront et nous aurons besoin tour à tour de l’un ou de l’autre pendant certaines périodes. Dans le concept du Yin et du Yang, il y a toujours du blanc dans le noir, et inversement.

N’hésitez pas à partager vos propres opinions dans les commentaires. Et surtout, rappelez-vous que l’essentiel est de trouver un équilibre entre le travail en solitaire et la pratique en binôme pour progresser dans votre karaté. À bientôt et bonne pratique. Ciao.

Les articles recommandés par les lecteurs
Lionel Froidure

Lionel Froidure

Fondateur de Imagin' Arts - CN 6ème Dan Karaté - CN 6ème dan Arnis Kali - Professeur diplômé d’état DEJEPS - Instructeur Arnis Kali 3ème degré WADR - Enseignant au Blagnac Arts Martiaux - Ma citation : "Pour être un pratiquant il faut pratiquer. Alors pratiquons. » - J’adore partager mes connaissances pour vous permettre de progresser que ce soit au dojo, en stage et bien sur dans le Club Vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ma newsletter 100% KARATE !

Vérification humaine *

REçois TA DOSE DE KARATE

Inscris-toi à ma newsletter KARATE pour recevoir mes derniers conseils. Désinscription à tout moment dans chaque email. 

Ce site utilises des cookies pour s'assurer de vous proposer la meilleure expérience de mon site.