Jours
Heures
Minutes
Secondes

Désertification des adolescents dans les dojos ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Quand on est enseignant depuis un bon moment comme moi (plus de 20 ans), s’il y a bien un phénomène qui peut nous agacer, c’est la désertification des adolescents du dojo. Je ne sais pas vous, mais j’ai toujours perdu pas mal d’ados, jusqu’à ce que je change une chose dans le dojo.

Quelques chiffres de la FFK (2016-2017) :

  • Total licenciés : 256 083
  • 174 053 en karaté
  • Seniors : 45 %
  • Juniors : 4 % – 16/17 ans
  • Cadets : 6 % – 14/15 ans
  • Minimes : 7 % – 12/13 ans
  • Benjamins : 10 %
  • Pupilles : 11 %
  • Poussins : 10 %
  • Mini-poussins : 5 %

À l’exception des mini-poussins, les adolescents représentent les plus petites tranches d’âges en termes de représentation. Mais d’où vient ce phénomène ? Je pense que cela mériterait une étude poussée.

La désertification des adolescents dans le dojo où j’enseigne, Blagnac Arts Martiaux. Ou devrais-je plutôt dire désertion ? J’aime pas ce mot, désertion, surtout dans ce sujet. Je préfère utiliser désertification car sous-entant un phénomène naturel ou humain amenant une absence de vie dans un lieu. Et c’est bien cela qui se passe, une absence de ces jeunes plein de vie.

La représentation des adolescents (minimes, cadets et juniors) dans le club est de 19 %, contre 17 % au niveau national. Ce qui, à mon sens, est plutôt bien, laissant suffisamment de place pour les enfants. La plus grande partie des licenciés est la catégorie adultes senior. Les cours adultes (cadet à senior) représente 60% des effectifs du dojo.

Je pense que le problème que rencontrent tous les dojos de karaté et autres arts martiaux avec les adolescents, c’est qu’ils découvrent la liberté. On les a peut-être forcés à faire du karaté et, à l’adolescence, ils se rebellent. C’est normal, et même sain. Ils n’ont plus le temps de venir aux cours, car ils ont trop de devoirs à la maison, et, bien sûr, les études doivent passer avant le dojo, même si je suis d’accord pour dire que le dojo doit être un endroit pour relâcher la soupape, sous surveillance. C’est aussi l’âge des amourettes… C’est un âge très compliqué. Peu d’entre nous sortent indemnes de cette période.

Comment tenter de garder les adolescents dans nos cours ?

L’une des périodes où l’on voit beaucoup d’adolescents déserter le tatami, c’est le passage du cours enfant au cours adulte.

Normal : ils étaient les plus grands et souvent plus avancés aux cours enfants. Mais, une fois chez les « grands », les adultes, c’est une tout autre histoire. Souvent, ils sont mis de côté par le groupe. Les anciens ne travaillent pas avec eux, car ils ne veulent pas les « casser ». L’adolescent, de son côté, ne trouve pas sa place et n’arrive pas à s’imposer dans ce nouvel univers, où il doit en permanence montrer qu’il a sa place au sein du cours.

cel de bras en karate avec des enfants

Mon passage au cours adulte

Avant de passer aux cours adultes dans la section de mon père, j’étais l’un des plus haut gradés dans le cours enfant, avec ma maman comme sensei. Oui, c’est une histoire de famille, le karaté, chez les Froidure. Bref, j’étais ceinture bleue. Mon père m’a dit que, de toute façon, il ne donnerait pas une ceinture marron à un enfant. Je me suis donc, comment dire, énervé sur la question, et la solution a été de monter sur le tatami pour passer ma ceinture marron avec les adultes. J’ai eu ma ceinture, mais je pense que j’ai souffert trois fois plus que les autres, car je n’étais qu’un jeune ado doublé de fils du prof. Du côté de mon père, il ne pouvait pas me laisser porter une ceinture marron s’il y avait la moindre contestation auprès de ses élèves gradés. Très compréhensible, avec le recul. J’ai souffert, mais j’ai réussi. À partir de ce jour, je suis passé au cours des adultes. J’avais tout juste 14 ans.

Pendant deux ans, j’ai dû me battre contre vents et marées pour me faire accepter en tant que pratiquant, et non comme un enfant ou comme le fils du prof, qu’il ne faut surtout pas casser. À force de persuasion et de travail acharné, j’ai réussi à me faire admettre. Mais ma légitimité n’est arrivée que lorsque j’ai eu 16 ans, lors de mon premier championnat de France, combat où j’ai terminé second. J’avais ma place sur le tatami avec les adultes, et j’avais réussi à inverser les rôles : je faisais attention à ne pas casser d’adultes. Pas tous, car il y avait de sacrés combattants, avec qui j’apprenais tous les jours. Merci à eux s’ils lisent ces quelques lignes.

Finalement, je m’en suis bien sorti. Mais qu’en est-il des autres, qui n’avaient pas la compétition pour se faire remarquer, ceux qui avaient un petit gabarit, ceux qui n’osaient pas se rebeller tellement ils étaient en manque de confiance et mal dans leur peau d’adolescent ?

Malheureusement, la plupart sont partis. Ils ont quitté le dojo pour x ou y raison.

Cours spécial adolescents

Quand j’étais jeune prof de 18 ans, après l’obtention de mon DIF, j’avais mis en place un cours ado dans le dojo de mes parents, pour transmettre ce que j’apprenais en équipe de France. Le cours n’était pas très rempli, mais le travail était là, et ils en redemandaient.

Avec le temps, j’ai arrêté d’enseigner dans le club de mes parents pour voler de mes propres ailes après l’obtention de mon diplôme d’état BEES. En septembre 2000, je suis devenu le chargé des cours karaté au Blagnac Arts Martiaux, et, depuis, j’y suis toujours. Au début, deux fois par semaine, pour arriver maintenant à 14 h de cours hebdomadaires. Etre un pro, c’est aussi, ça. Ma tenue de travail est aussi ma tenue d’entraînement : le karate-gi.

Il y a deux ans, j’ai remis en place ce cours ado. Il permet aux enfants de 11, 12 ou 13 ans de se joindre aux plus grands ados, qui sont déjà aux cours adultes (14, 15, 16 et 17 ans). Un cours adolescents de karaté ouvert aux 11-17 ans. Ce cours permet aux petits de se « frotter » et de prendre exemple sur les plus grands, qui ne sont pas des adultes, et pour les grands, de leur apprendre à devenir des sempai. Pour les plus jeunes, c’est un cours important, car il leur permet de prendre contact avec des ados qu’ils retrouveront dans les courtes années à venir, aux cours adultes. Ils se sentiront moins seuls, moins abandonnés ; ils connaîtront déjà du monde.

Le taux de participation est excellent. Le cours a beaucoup de succès. Les adolescents, tout fraîchement arrivés aux cours adultes, ne sont pas perdus dans la masse, et s’intègrent plus facilement.

C’est bien cela que l’on recherche tous : appartenir à un groupe qui a les mêmes valeurs.

Cette année, j’ai trois adolescents qui ont réussi du premier coup leur ceinture noire premier dan. Tous préparent le bac en fin d’année. C’est compliqué, mais ils ont fait ce qu’il fallait pour y arriver, et je pense que le cours ados les a aidés. Bientôt, ils ne pourront plus venir, et, déjà, ils me disent que cela va leur manquer. Ils étaient déjà des références aux yeux des autres, mais aujourd’hui, après l’obtention de la « mythique » ceinture noire, ils sont de venu des les références du cours. Cela incite les autres à persévérer, repousser leurs limites pour atteindre une rêve d’enfant en s’identifiant à ces jeunes gradés.

Avec tous ces pré-ados et ados, j’essaye autant que possible d’être un sensei, une référence, un conseil et une écoute. Une tâche compliquée mais extrêmement gratifiante.

Et vous, comme cela se passe-t-il avec les adolescents dans vos cours ?

Bon entraînements à tous.

LionelEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télécharge mes vidéos de KARATE ceinture par ceinture et Karaté Défense en format HD MP4

D'autres articles / vidéos

2 Comments

  1. Je pense que dans beaucoup de clubs, l’aspect traditionnel du karaté n’est pas beaucoup travaillé chez les petits, mais plutôt l’aspect ludique et une direction vers la compétition, avec gants, etc… Du coup, lorsqu’ils passent dans les cours adultes, lorsque le club axe ses cours vers le côté « traditionnel » du karaté, le jeune pratiquant ne se retrouve plus et cela pourrait l’inciter à stopper.
    A mon sens, il faut dans un club, une continuité dans la méthode pratiquée, soit avoir une section sportive pour les compétiteurs permettant ainsi de « recevoir » les plus jeunes, soit très tôt travailler avec les petits l’aspect « traditionnel de la discipline.

    1. Bonjour Bernard,
      C’est très juste. Si les cours enfants sont très ludiques et peu technique, quand ils passent aux adultes c’est un autre monde.
      A mon sens, le ludique doit être présent dans la technique et pas l’inverse. Je suis un peu old-school, et dans mes cours enfants 10/13 ans, ils ont peu de « jeu », en général juste à la fin. Le cours des 6/9 ans, c’est bien plus axé sur le jeu et, la coordination pour apprendre les techniques de bases du karatéka. Une progression vers le Karaté.
      Bonne journée et à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoins ma newsletter 100% arts martiaux !

Vérification humaine *

lionel froidure karate

Je suis Lionel Froidure, budoka, karatéka, arnisador, réalisateur de nombreux DVD d’arts martiaux, présentateur des documentaires En Terre Martiale et j’adore partager mes découvertes pour vous aider à progresser. Au-delà de la transmission, mon but est d’inspirer les pratiquants à s’entraîner et de vivre leurs rêves comme moi.
Choisis ton cadeau !

Articles récents

Stages avec Lionel

Télécharge mon Mémoire du 6ème dan

Les notions indispensables dans les arts martiaux. 

Ton recevras un email avec un lien pour télécharger gratuitement mon mémoire au format PDF. Si par la suite, mes emails ne t’intéressent plus, tu peux te désinscrire en cliquant sur le lien en bas de chaque email. 

Ce site utilises des cookies pour s'assurer de vous proposer la meilleure expérience de mon site.