Besoin de réviser et parfaire ton karaté ? De trouver de nouveaux éducatifs pour tes élèves ?
Rejoins MON CLUB VIDEO DE KARATE !!!

La vidéo martiale est-elle un bienfait ou néfaste ?

Facebook
Twitter
Email
WhatsApp
Pinterest

Lors de mon stage à Kervignac, on m’a demandé si la quantité de vidéo gratuite disponible en ligne n’étaient pas néfaste à la pratique ? Est-elle vraiment utile à notre progression ?

Oui et non

Je t’explique pourquoi. 

Oui c’est néfaste à la pratique, car on se perd dans les méandres du net à regarder pendant des heures des vidéos, les consommants les unes après les autres, comme on consommerait n’importe quelle série ou talk show. Cela fait passer le temps, réveille peut-être notre curiosité de ce qui peut exister en dehors de notre dojo mais cela ne nous aide en rien dans notre pratique

C’est néfaste, car on peut être tenté de vouloir reproduire ce que l’on voit sans que cela soit dans notre niveau de compétences. Cela reviendrai à demander un élève de CM1 à suivre un cours de 3e. C’est pas grave, on perd juste notre temps.

C’est néfaste, car le ratio temps/entraînement est très très loin d’être équilibré. D’après le sondage que je fais depuis plus de 3 ans, la moyenne d’heures d’entraînements par semaine est de 2,4 heures. Pour être gentil, je vais prendre 4 heures par semaine contre au moins 1 heure par jour de vidéo (je suis très gentil encore). 

La vidéo est un splendide outil ! 

Thierry Masci

Mais faut-il encore savoir s’en servir correctement.

Petite histoire : alors que je n’étais qu’un enfant-karatéka, je regardai en boucle le peu de vidéo de karaté qu’il y avait à la maison, en VHS (tu sais les cassettes magnétiques), kata JKA et de Kanazawa sensei mais surtout de combats de divers championnats avec mes idoles : Thierry Masci, Giovanni Tramontini pour ne citer que les français. Je me rappelle parfaitement revoir et revoir en boucle des combats. Mais toujours les mêmes. J’avais la télécommande en main et faisais des aller-retour pour revoir l’action. Voir même des ralentis saccadés pour tenter de mieux décrypter la technique. Et le soir, en cours, dans la partie randori, j’essayais de recréer ces séquences. 

La vidéo est un outil extrêmement puissant pour nous aider à imprimer une image juste que l’on pourra ensuite essayer de reproduire. 

Aujourd’hui avec nos smartphones, il est possible de nous filmer et ensuite de comparer notre image et celle qui nous inspire pour déceler les problèmes à résoudre. Quel gain de temps !

C’est dans cette optique que j’ai réalisé mes premières vidéos pédagogiques il y a plus de 18 ans avec Imagin’ Arts. Pour aider les pratiquants à avoir une image de qualité et des conseils pertinents leur permettant de progresser sur le tatami

Mon conseil : regarde une vidéo d’une compétence ou technique que tu veux acquérir. Regarde-la en boucle et note par écris mais surtout dans ta tête tout ce que tu peux. Ensuite, entraîne-toi et essaye d’intégrer. Reviens sur la vidéo pour faire un rappel d’information et comprendre où tu pourrais avoir un souci. Et si tu t’es filmé alors là, tu peux comparer. Voir, regarder, savoir est différent de savoir-faire. Il faut étudier puis intégrer

Si tu es enseignant, et que tu regardes plus des vidéos avec des idées de construction de cours ou blocs éducatifs, prends bien note de l’objectif. Inspire-toi et reproduis à ta manière dans ton dojo. On peut faire de nombreux cours sur une même technique ou principe. Par contre va falloir faire preuve de pédagogie pour diversifier les exercices pour ne pas lasser les élèves. En fin de cours, fait un bilan : l’objectif a-t-il était atteint ? Oui, non, pourquoi ? 

De nos jours, il existe de très nombreuses vidéos de qualité et gratuitement disponibles en ligne. Mais faut-il encore les trouver, car il existe aussi des vidéos catastrophiques qui démontrent ou expliquent des choses qu’ils n’ont absolument pas comprises, acquises. Le comble. Comme si on demandait à un élève de 6e d’enseigner les maths à un élève de 4e. 

Si tu es patient, que tu sais ce que tu vas chercher longtemps, que tu travailleras dur ensuite, tu trouveras ce qu’il te faut en ligne et cela gratuitement. Mais si tu veux être gagner du temps en trouvant de suite la vidéo qu’il te faut avec des experts incontestés, des pédagogues qui te transmettront clairement les informations, rejoins le club vidéo Imagin’ Arts Digital comme des centaines de pratiquants/enseignants.

Les articles recommandés par les lecteurs
Lionel Froidure

Lionel Froidure

Fondateur de Imagin' Arts - CN 6ème Dan Karaté - CN 5ème dan Arnis Kali - Professeur diplômé d’état DEJEPS - Instructeur Arnis Kali 3ème degré WADR - Enseignant au Blagnac Arts Martiaux - Ma citation : "Pour être un pratiquant il faut pratiquer. Alors pratiquons. » - J’adore partager mes connaissances pour vous permettre de progresser que ce soit au dojo, en stage et bien sur dans mon club vidéo privé.

4 Commentaires

  1. c’est interessant, car on a eu le même débat il n’y a pas longtemps à notre dojo.
    Un membre n’était pas très favorable à l’usage des vidéos.
    Perso, ayant débuté la pratique il y a 34 ans, je suis fervent partisan de la vidéo, car à l’époque, on en avait pas ! Et du coup, on est passé à coté de plein de chose à l’époque, par ignorance, et disons le, non information, ou mauvaise information de nos seniors de l’époque.

    Mais oui, comme tu dis Lionel, il faut bien savoir l’utiliser et ne pas se perdre.
    De mon côté, je cherche toujours de vidéos en lien avec ce que je pratique en ce moment, pour faire de liens, de comparatifs, y revenir, etc exactement comme tu proposes dans cet article.
    ça peut également aussi m’aider parfois si je suis en panne d’inspiration de trouver un sujet pour le cours des avancés.
    Et se filmer soi-même est important pour sa propre progression, même si ce qu’on y voit n’est pas toujours à la hauteur de nos attentes!

    tous les musiciens de haut (et meme moyen) niveau d’ailleurs s’enregistrent également, non ?

    1. Oui tout à fait Bruno, tout les musiciens, artistes, skateurs, surfeurs, basketteurs se filment pour avoir un feed-back sur leurs performance.
      C4est très juste la façon dont tu utilises les vidéos.
      Je te souhaite une belle continuation.
      A bientôt

  2. Quand j’étais jeune (j’ai commencé le karaté à 16 ans et j’en ai 66) on n’avait pas de vidéo. La vidéo n’est qu’un média et nos médias c’était les magazines et les livres. J’en consommais pas mal en parallèle à mes entraînements mais il est clair que l’on ne peut pas apprendre correctement le karaté seulement en regardant des vidéos ou lisant des livres. Mais quel que soit le média c’est un bon aide-mémoire ou complément d’information à notre étude au dojo. Mais c’est vrais que l’on trouve tout et n’importe quoi sur internet et il vaut mieux demander conseil à son Sensei ou des amis sérieux. Je propose d’ailleurs volontiers à mes élèves qui souhaitent compléter leurs connaissances de regarder tes vidéos car elles sont très bien structurées et enrichissantes. Mais il y a aussi des médias très intéressant comme les DVDs de Me JP Lavorato ou de B. Bilicki que tu as sur ton site. Par ailleurs il n’y a pas que les vidéos et je conseille toujours quelques ouvrages cultes comme ceux de Me Kase ou Kanazawa pour les katas et kumités ou les encyclopédies Haberzetser (sa première encyclopédie du karaté, qu’il a publiée alors qu’il était 2e dan, a été le 1er livre que j’ai acheté).
    Mais de toute façon, pour l’étude et la progression personnelle, il faut toujours lire les livres ou regarder les vidéos qui sont en rapport avec notre niveau technique. Et si quelque chose n’est pas bien compris dans un média, il faut toujours demander à son Sensei et ne pas interpréter l’information, la technique, l’enchaînement etc. de manière erronée. Dans certains cas, par ex. des vidéos de balayage ou de kumités avancés, cela peut être même dangereux d’essayer avec des copains si on n’a pas le niveau.
    En tout cas, félicitations pour tout ton travail.
    Michel.

    1. Merci Michel d’avoir partagé ton expérience et vision. Ce que je retiens de tes propos c’est : aides-mémoires (vidéos et livres), voir avec son sensei et travailler en fonction de son niveau. A bientôt, belle pratique et bel été Michel. Ciao

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ma newsletter 100% KARATE !

Vérification humaine *

Ce site utilises des cookies pour s'assurer de vous proposer la meilleure expérience de mon site.