Aujourd’hui, ceinture noire de karaté depuis 25 ans

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Aujourd’hui, mardi 30 avril 2019, cela fait 25 ans que je porte la ceinture noire de karaté ! 25 ans que j’ai passé mon shodan karaté. Que le temps passe vite.

Je ne parle pas du passage de grade mais de sa symbolique. Bien plus important à mes yeux.

Je t’explique ce qu’elle représente pour moi : gambatte, exemple, rigueur, sacrifice, partage…

Dépose ton commentaire en me disant ce que représente pour toi cette ceinture noire de karaté. Si tu ne fais pas de karaté, c’est pas grave, tu peux aussi déposer ta vision.

➡️ Découvre mes Cours de KARATE à télécharger !

A très bientôt, bon keiko et merci de me suivre.

Lionel

Retranscription de la vidéo

Cela fait 25 ans que je porte la ceinture. Non elle n’est plus très noire.
Oui ça sert qu’à tenir le pantalon, je suis d’accord mais cette ceinture va beaucoup plus loin. Pour nous autres karateka, c’est notre habit de travail un travail sur nous mêmes. Avant de te dire ce que représente cette ceinture pour moi ce qu’elle représente pour toi dans les commentaires.

Le 30 avril 1994, j’ai été reçu au 1er dan c’est à dire KURO OBI, ceinture noire. Cela commence à faire un bon paquet de temps et cela représente pour moi plus de temps à être ceinture noire que dans les ceintures de couleurs. j’allais avoir 19 ans quand j’ai eu cette ceinture.

Comme pour beaucoup et surtout pour les enfants qui commencent jeunes comme moi, les arts martiaux et le karaté, le fait de devenir ceinture noire était un véritable rêve d’enfant une envie de dominer le monde, une envie de faire partie des grandes, être un grand champion, un grand combattant. C’était aussi la fierté de rejoindre le clan le collège des ceintures noires. Je voyais aussi dans les yeux de mes parents leur fierté.

Ca reste une étape et c’est une étape très importante pour les pratiquants d’arts martiaux. C’est la première vraie étape. C’est considéré comme le CAP. On n’a pas un doctorat de karaté parce qu’on porte une ceinture noire. Bien au contraire on connaît les bases de notre art martial. Qui nous permet de vraiment rentrer dans le travail. C’est comme si c’était le permis de faire du karaté. Avant vous apprenez à faire du karaté, vous avez votre permis donc votre ceinture noire c’est super important.

Une fois qu’on rentre dans ce collège, se rend compte d’une chose c’est que la route devant elle est beaucoup plus longue que celle qui est derrière. On a fait un tout petit chemin derrière et la route, l’aventure qui est devant est immense.

Plus j’avance et plus j’ai l’impression que la route est longue. Ce qui est assez marrant parce que quand on avance avec le temps et l’âge, ça fait 25 ans que j’ai cette ceinture, on pourrait penser que on commencerait à voir un petit bout du tunnel. Mais non. On ne voit absolument rien et chose que l’on apprend, c’est que l’on est toujours toujours des apprenants.

Le monde des arts martiaux est un monde d’apprenants. il n’y a pas de moment où on s’arrête d’apprendre je n’ai pas vu un grand sensei s’arrêter d’apprendre. Ils continuent tous à travailler. Toujours apprenants du début jusqu’à la fin

Etre ceinture noire est aussi une responsabilité. C’est pas juste un bout de tissu comme on pourrait croire mais c’est aussi une responsabilité par rapport à ceux qui ne le sont pas. On est senpai, les aînés, ceux qui sont un petit peu plus avancé. On se doit de les aider mais aussi de montrer l’exemple.

Imaginez un senpai qui ne respectent pas à ses partenaires qui ne respectent pas le sensei, que croyez vous que les autres vont faire ? La même chose. Ceux qui sont ceintures noires doivent être des exemples.

Oui, ma ceintures et commence à être un petit peu blanche. Elle les plus très noire. J’en change pas car j’y tiens tout simplement. Parce que je l’ai acheté quand je suis allé à Okinawa il y a dix ans. Avant j’avais celle ci. Vous voyez celle-ci c’était une coton et elle est aussi en piteux état. C’est la première que j’avais porté et je l’ai faite broder en rouge parce que je voulais pas être comme tout le monde. Aujourd’hui mes idéogrammes sont en jaune.

Je n’ai pas passé des heures avec un couteau à l’éffiler pour qu’elle puisse être comme ça. J’ai passé des heures à pratiquer. Elles ont tout vu avec moi et c’est pour ça que je suis attachée à ses ceintures noires.

C’est la seule chose qui naviguent avec moi depuis le début que je suis ceinture noire. C’est un objet qui traverse les années avec moi. Certaines personnes vont les changer très régulièrement parce qu’ils veulent pas avoir des ceintures abîmées. Pas de souci, je vous explique pourquoi moi je la garde car elle a une valeur sentimentale.

Elle a une valeur sentimentale mais pas que.

A chaque fois que je mets cette ceinture je me demande : est ce que j’en suis digne ?

Digne dans le sens où elle me rappelle qu’il faut que je me remette en question en permanence. Que je continue à travailler.

Plus on avance plus on doit savoir faire. Ca doit pas s’arrêter à juste savoir. Les grands sensei, malgré leur âge avancé, ils savent faire et très bien faire. Et en plus, ils savent très bien expliqué. Ce qui est pour moi le must d’un sensei : c’est quelqu’un qui sait faire, quelqu’un qui sait transmettre et qui a surtout l’envie de transmettre et cette ceinture noire me rappelle cela en permanence.

Est ce que je sais assez bien faire ? Non.

Est ce que je sais assez bien le transmettrai. Non.

Est-ce que j’ai bien compris ? Non.

Est ce que j’ai envie de le transmettre ? Oui toujours.

Vu que c’est pas suffisant il faut que je travaille et je travaille en permanence pour pouvoir l’amener aux autres.

Cette ceinture noire me rappelle tout ça.

C’est de l’exigence, non pas par rapport au regard des autres mais envers moi même. Peu importe si on m’a dit que ma ceinture elle est pourrie. Moi elle me rappelle par où je suis passé et vers où je dois aller et j’en changerai peut-être un jour. Qui sait peut-être quand j’irai de nouveau à Okinawa

Rappelez vous que cette ceinture est un symbole. Elle est le symbole de vos sacrifices. Le symbole de votre persévérance. Le symbole que rien ne se donne tout se gagne.

One Comment

  1. Bonjour Lionel,

    Rien à rajouter, Tout y est.. Une bien leçon de recul, de distanciation et de modestie.
    Quand on fait la somme de tes expériences et tes réalisations., ça laisse songeur.

    Bien à toi.

    Cordialement.

    Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoins ma newsletter 100% arts martiaux !

Vérification humaine *

Salut les budokas

lionel froidure karate

Je suis Lionel Froidure, budoka, karatéka, arnisador, réalisateur de nombreux DVD d’arts martiaux, présentateur des documentaires En Terre Martiale et j’adore partager mes découvertes pour vous aider à progresser. Au-delà de la transmission, mon but est d’inspirer les pratiquants à s’entraîner et de vivre leurs rêves comme moi.

Articles récents

Stages avec Lionel

Ce site utilises des cookies pour s'assurer de vous proposer la meilleure expérience de mon site.