⚠️ BLACK FRIDAY grosse promo sur mon CLUB VIDEO KARATE jusqu’à lundi seulement.

L’Ostéopathie, le Sport et le Karaté

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

L’ostéopathie c’est quoi ? Quel sont les biens faits pour un sportif et les pratiquants d’arts martiaux ?

Entretien avec un Ostéopathe Karatéka

M. Jean Fancello : président du syndicat national des ostéopathes de France : Snof.

Lionel FROIDURE : Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?

Jean FANCELLO : Ostéopathe, j’exerce à Toulouse depuis une vingtaine d’années (déjà !) je suis également le Président du Syndicat National des Ostéopathes de France, ma patientèle est composée essentiellement de nouveaux-nés, de cadres moyens stressés et lombalgiques, et naturellement de sportifs !

LFL’ostéopathie, c’est quoi exactement :

JF : l’ostéopathie c’est un principe thérapeutique basé sur le lien qui relie la structure (os membrane viscère) c’est-à-dire ce qui se touche, et la fonction c’est-à-dire ce qui s’exprime (l’activité du vivant) ; autrement dit s’il y a dysfonction mécanique (altération de la structure) il y a souffrance quelque part.

L’ostéopathie traite l’origine du symptôme pas le symptôme.

LF : Et la ou les différences avec la kinésithérapie :

JF : Ce sont deux métiers complètement différents en dépit des apparences.

Le kinésithérapeute s’occupe du mouvement de grande amplitude, il traite le symptôme c’est-à-dire là où ça fait mal, c’est souvent nécessaire et suffisant, si ce n’est pas le cas il faut penser que l’ostéopathie peut régler le problème.

L’ostéopathe s’attache à détecter les micro blocages et à établir une suite logique dans l’enchaînement ayant conduit àla symptomatologie, car une douleur peut-être « menteuse », en effet un même symptôme douloureux chez deux patients différents peut avoir deux origines différentes.

L’approche clinique et thérapeutique sont différentes entre l’ostéopathie et la kinésithérapie.

Le « toucher » de l’ostéo est différent du « toucher » du kiné.

L’ostéopathe n’utilise qu’un seul outil : ses mains il envisage toujours le corps humain dans sa globalité.

ostéopathie et le sport

LF : Quels sont les bénéfices pour un athlète ?

JF : Utiliser au mieux son potentiel physique.

L’action est à la fois préventive et curative, elle aide considérablement à une meilleure récupération.

Actions : Prévention et gestion des blessures par une préparation spécifique

Veiller à l’intégrité articulaire tendineuse et aponévrotique (enveloppe des muscles).

Gestion des blessures et des compensations posturales dues aux hyper sollicitations.

Cette prise en charge se fait toujours dans la globalité du corps. En récupération comme en traitement, l’ostéopathie met à la disposition du sportif des techniques bien spécifiques de déprogrammation du traumatisme, des techniques cranio-sacrées et viscérales.

La longévité du sportif ne peut faire l’économie d’un suivi ostéopathique .

Nos plus grands sportifs ont recours à l’ostéopathie au sein d’une équipe médicale pluridisciplinaire et complice : médecin, kinésithérapeute, diététicien, dentiste.

LF : Comment trouver un bon ostéopathe ?

JF : Evitez à tout prix les Pages Jaunes où les praticiens de tous « pedigree » sont affichés.

Choisissez un ostéopathe exclusif, c’est-à-dire qui ne pratique que l’ostéopathie, le bouche à oreille donne encore les meilleurs résultats ! Les sites professionnels s’avèrent relativement efficaces, s’assurer qu’ils répertorient bien des praticiens exclusifs.

LF : A quelle fréquence recommandez-vous la visite chez un ostéopathe ?

JF : Sauf cas particulier, pas plus d’une séance toutes les 3 semaines, la moyenne est une séance par mois ou toutes les 6 semaines. En trois séances le symptôme qui a motivé la consultation doit être amélioré.

La moyenne se situe entre 2 et 3 consultationspar patient.

Ceci est bien évidemment différent chez le sportif de bon niveau qui doit consulter plus régulièrement en fonction du calendrier sportif, et surtout des compétitions. Dans le cadre de la récupération, comptez une séance d’ostéopathie par mois pendant cette période.

LF : Donc il ne faut pas forcément attendre d’avoir mal quelque part pour venir consulter ?

JF : Non, bien sûr, il est toujours préférable d’anticiper par un « état des lieux » que l’on soit sportif ou non, nouveau-né ou très âgé !

Consultez une ou deux fois par an. Il y a bien une saison ou un période dans l’année ou vous êtes moins en forme, choisissez cette période là.

LF : Et vous, faites vous du sport ?

JF : (rires !)… du karaté !, j’aime ce sport, j’aime le côté technique de précision, maîtrise du geste, prise de décision rapide ; son apprentissage est infini comme l’ostéopathie ! J’espère pouvoir le pratiquer le plus longtemps possible ! Et bien qu’il s’agisse d’unsport individuel,dans les clubs il règne souvent une très bonne ambiance collective et chaleureuse c’est le professeur qui l’insuffle, il est l’âme du groupe ! Le choix du prof est donc primordial…

LF : Merci et à très bientôt sur les tatamis.

JF :  Merci à vous, c’est toujours un plaisir de partager ce que l’on aime.

SNOF : Syndicat National des Ostéopathes de France : Profession Ostéopathe
Crédit photos : © Nick Webb

EnregistrerEnregistrer

Imagin Arts

Imagin Arts

Le blog de Imagin' Arts TV : vidéos - news - stages - interviews - photos - ebook... Suivez nous sur Twitter @imaginarts et rejoignez-nous sur Facebook
D'autres articles / vidéos

8 Comments

  1. Un exemple tout bête: il y a quelque jours je n’arrivais pas à comprendre pourquoi un de mes élèves n’arrivait pas à faire un uraken correctement. J’ai fini par réaliser que son coude était en dysfonction ostéopathique. Je lui ai donc corrigé ça et dans la seconde qui a suivi il a enfin fait son uraken ! Comme quoi ce n’est pas toujours une histoire simplement de technique ou de pédagogie! 🙂

  2. Donc en gros nous pouvons allez voir un osteo sans raison si ce n’est juste faire un etat des lieux ? Je n’est jamais oser car je me suis toujours dis qu’il va me dire qu’il perd son temps

  3. J’ai la chance d’avoir trouvé une excellente ostéo. Elle m’a radicalement remis sur pied. Dans mon cas je portais des semelles pour corriger une hauteur de jambe. Je souffrais sur de longs jogging etc… Depuis je fais du 50 km par semaine sans plus aucune prothèse. J’y vais une à deux fois par an. PB ou pas car la prévention et mieux que la guérison. Cela devrait être remboursé par la secu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoins ma newsletter 100% arts martiaux !

Vérification humaine *

lionel froidure karate

Je suis Lionel Froidure, budoka, karatéka, arnisador, réalisateur de nombreux DVD d’arts martiaux, présentateur des documentaires En Terre Martiale et j’adore partager mes découvertes pour vous aider à progresser. Au-delà de la transmission, mon but est d’inspirer les pratiquants à s’entraîner et de vivre leurs rêves comme moi.
Choisis ton cadeau !

Articles récents

Stages avec Lionel

Télécharge mon Mémoire du 6ème dan

Les notions indispensables dans les arts martiaux. 

Ton recevras un email avec un lien pour télécharger gratuitement mon mémoire au format PDF. Si par la suite, mes emails ne t’intéressent plus, tu peux te désinscrire en cliquant sur le lien en bas de chaque email. 

Ce site utilises des cookies pour s'assurer de vous proposer la meilleure expérience de mon site.