Kata ou Kumite ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

C’est assez marrant de lire certain commentaire sur le sondage que j’ai posté hier sur le groupe Je suis un karateka.

Je demande simplement ‘Es-tu plus orienté kata ou kumité ? »

Il n’est pas question de demander si un pratique soit l’un ou l’autre mais si notre pratique est plus orienté vers le travail technique ou vers le combat.

Le kata nourri le kumité et inversement. Tel le Yin-Yang ☯️

Personnellement, moi c’est KUMITE. Pourquoi ?

Tout simplement parce que je suis un combattant et qu’il m’est INCONCEVABLE de pratiquer un art martial qui ne soit pas dirigé vers le martial, le combat.

Je ne néglige pas le kata, kihon, santé, préparation physique qui forme un tout et qui prépare mon corps, mon esprit, ma technique vers le but de MA pratique : KUMITE.

Oui mais les pratiques internes ? Laisse moi te raconter une histoire.

Quand j’étais en Chine pour filmer et m’entraîner 6h par jour en Yi Quan, le maître Cui Rui Bin précise toujours ce que le travail interne de la posture (2h30 par jour) amène dans le combat : la structure, l’ancrage, l’explosivité… Cette praqtiue martiale dite « interne » est elle aussi tournée vers le combat.

documentaire Yi Quan avec Lionel Froidure et master Cui Rui Bin

Sans cela, je pourrai très bien faire du Yoga avec mes enchaînements (kihon et kata) qui prendrait soin de mon corps et apaiserait mon esprit. Tu vois ou je veux en venir. Au fait, je fais aussi du yoga à la maison et j’apprécie beaucoup même si je suis mauvais 😂

Méditation - Documentaire Corée du sud

Je pourrai aussi faire mes gammes de relevé Take Off de surf sur la plage (kihon), faire et refaire sans cesse le même enchaînement pour parfaire ma technique (kata), laisser mes problèmes sur la plage pendant que je surfe. Vivre pleinement l’instant présent, ressentir la vague et aller avec elle au lieu de la combattre (kumite).

Lionel à Siargao

Vois-tu où je veux en venir ?

A mon sens, pratiquer un art martial qui n’est pas orienté vers le KUMITE est une pratique corporelle. Je ne la dénigre absolument pas et ne la juge pas. Il ne faut pas se dire pratiquant d’arts martiaux si notre orientation n’est pas combative.

Martial –> Martialis –> Mars (dieu de la guerre)

On peut très bien faire du karaté et ne pas faire un art martial. Soyons honnête avec notre pratique et les progrès n’en seront que plus accessibles.

Il faut de tout pour faire un monde. Un réflexion qui va de ce sens.

Belle pratique à tous, quelle qu’elle soit.

Lionel

PS : et si maintenant je te pose la question : ta pratique est plus orienté vers le kata ou le kumite ? Tu dirais quoi ?

Les dernières parutions
Lionel Froidure

Lionel Froidure

Fondateur de Imagin' Arts - CN 6ème Dan Karaté - CN 5ème dan Arnis Kali - Professeur diplômé d’état DEJEPS - Instructeur Arnis Kali 3ème degré WADR - Enseignant au Blagnac Arts Martiaux - Ma citation : "Pour être un pratiquant il faut pratiquer. Alors pratiquons. » - J’adore partager mes connaissances pour vous permettre de progresser que ce soit au dojo, en stage et bien sur dans mon club vidéo privé.

4 Commentaires

  1. Auparavant, un « bon karatéka » était un « bon combattant ». Actuellement c’est surtout un bon exécutant de kata. Les Bunkaïs « démontrés » lors des compétitions et dans lesquels on a peine a retrouver le kata est un bel exemple de l’évolution « Olympique » du Karaté.
    Un Karatéka, pratiquant l’Art Martial » se devrait tout d’abord d’orienter sa recherche vers le « combat » qui est l’essence et l’origine de notre « Art »!
    Pratiquant depuis plus de 50 ans je note que « l’efficacité » ne dépend pas de la discipline pratiquée mais du pratiquant.
    Après un certain âge (le mien!) on pratique plus l’Art » que le « Martial » ….
    Bien à toi t …. bonne recherche.

    1. Bonjour Michel et merci pour ton commentaire.
      C’est bien dommage qu’avant c’était un bon combattant. Je suis totalement d’accord, l’efficacité ne dépend pas de l’art mais de son pratiquant et de son sensei.
      A bientôt et je te souhaite une belle pratique.

  2. Tout d’abord merci Lionnel pour cet article. Kumité? Oui bien sûr, la mise pratique de ce l’on apprend lors de nos cours… Mais est ce que le kumité en compétition est ce qui correspond à une pratique martiale? A mon sens non. Je m’explique, aujourd’hui le karaté moderne est bien trop codifié ce qui en quelque sorte dénature notre art! Maintenant si le kumité fait référence à une mise en pratique du kion, kata (au sens bunkaï) alors oui, je suis plus kumité. Mais ne nous détrompons pas, lorsqu’on regarde du kata en compétition, c’est exactement pareil!!! Et que dire lorsqu’il s’agit des bunkaïs. Comme le disait ci dessus Michel, nous avons de très bon exécutants, mais leur art leur permettrait-il de se sortir d’un très mauvais pas???
    Pour ma part, ma préférence irait toutefois vers le kata et surtout les bunkaïs qui sont pour moi une belle approche de l’efficacité de notre art (martial 😉
    A, au fait n’étant pas à un paradoxe prêt, à bientôt 57 ans je suis toujours dans la compétition… A un tout petit niveau je précise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ma newsletter 100% KARATE !

Vérification humaine *

lionel froidure karate

Je suis Lionel Froidure, budoka, karatéka, arnisador, réalisateur de nombreux DVD d’arts martiaux, présentateur des documentaires En Terre Martiale et j’adore partager mes découvertes pour vous aider à progresser. Au-delà de la transmission, mon but est d’inspirer les pratiquants à s’entraîner et de vivre leurs rêves comme moi.
Choisis ton cadeau !

Articles récents

Ce site utilises des cookies pour s'assurer de vous proposer la meilleure expérience de mon site.